MANGE ! (PRIE, AIME) OU COMMENT MIEUX MANGER

Laissez-moi vous dire : s’il y a une chose que j’adore faire, c’est bien manger!

En plus d’aimer manger, J’ADORE cuisiner. Cuisiner me rend heureuse, vraiment. J’adore préparer un repas pour les gens que j’aime. Etre créative et aventurière en essayant de nouvelles recettes, de nouvelles saveurs. Préparer un repas complet, sain pour prendre soin de mon corps et de mon esprit. Comment mieux manger ?

HSie7k

Le plaisir de la bonne bouffe

J’ai développé cet amour de la « bonne bouffe » avec un héritage de ma mère qui passait beaucoup de son temps derrière les fourneaux. Elle épluchait les pommes de terre pour ses purées maison, faisait ses propres pâtes à tarte. Le goût des bonnes choses m’a été transmis dès mon plus jeune âge !

Toutefois, je nourris une relation parfois un peu compliqué à la nourriture, qui est pour moi à la fois un plaisir, un « passe-temps » et un thérapeute! Je veux aujourd’hui avoir une relation apaisée, sans complexe et sans culpabilité. Et une alimentation qui permette aux cellules de mon corps de se sentir au top !

Une évolution au fil des ans

Mes habitudes alimentaires ont quelque peu évolué au fil des années. Très portée sur les yaourts et gâteaux maison étant plus petite, je me suis ensuite tournée vers les fruits et les légumes. J’ai adopté au fur et à mesure un « style de vie » flexitarien. Je mangeais donc de temps à autre de la viande et du poisson en quantité limitée, privilégiant ainsi la qualité. Ce choix s’est fait de façon assez naturelle pour finalement arriver à l’été 2018. Je suis devenue complètement végétarienne (enfin depuis l’épisode du « wrap effect »).

Ce choix, qui m’est totalement personnel, est dirigé par deux grandes motivations. L’une afin de limiter mon impact sur l’environnement (l’agriculture étant la 3ème plus grande source d’émissions de gaz à effet de serre selon létude menée par Paul Hawken). L’autre afin de diminuer mon impact sur la souffrance aujourd’hui imposée à beaucoup d’animaux.

Ce que mes tripes me disent

Depuis plusieurs années, je remarque un certain inconfort au niveau de mon système digestif, qui est devenu de plus en plus sensible. Des maux d’estomac lorsque je suis stressée, des maux aux intestins quand je mange certains types d’aliments,…

J’ai donc il y a 3 ans environ, entrepris de consulter un gastro-entérologue (spécialiste du système digestif). L’idée était d’éliminer petit à petit certains aliments de mon alimentation pour identifier quel(s) pouvai(en)t être une (des) source(s) d’intolérance ou d’allergie. Rien n’est réellement ressorti. Je suis donc arrivée à la seconde étape. Une endoscopie (long tuyau avec une caméra au bout que l’on insère par la bouche dans l’oesophage et l’estomac pour vérifier que tout roule). Miam miam. Là encore, rien d’anormal.

… et ce que mon sommeil essaye de me dire aussi !

En plus de cela est venu s’ajouter des problèmes de sommeil. Léger, troublé, non réparateur, je me réveillée régulièrement avec des nausées. Je pensais même souffrir d’apnée du sommeil à cause des fatigues extrêmes avec lesquelles je me réveillais parfois. J’ai donc décidé de me faire hospitaliser pendant 2 jours dans un service spécialisé dans les troubles du sommeil. Munie d’électrodes partout sur la tête, la poitrine, les jambes, mon sommeil était également filmé. Résultat identique que pour celui de mon endoscopie : tout était normal. Retour à la case départ.

Autant vous dire que j’étais désemparée et me sentais totalement incomprise/impuissante. Je sentais de réels troubles dans mon ventre, dans ma tête mais rien sur le papier ne pouvait attester de ces maux. Je suis pourtant une personne plutôt saine, qui mange des produits frais et variés, très peu de produits industriels. Et oui, je ne suis pas une grande sportive mais je bouge régulièrement malgré tout.

L’heure du bilan

J’ai donc tout d’abord fait un constat. J’étais tout simplement malheureuse dans ma vie (personnelle, professionnelle) et dans mon corps ! Je devais prendre mon courage à deux mains pour passer à l’action : changement de travail, d’appartement, d’amoureux, tout y est passé ! Et c’est vrai, j’ai senti un réel changement, en particulier sur mon sommeil qui devenait plus réparateur et stable. En revanche, les problèmes d’intestin étaient toujours présents : de la rétention d’eau, d’air, des crampes. C’était pas sexy tous les jours !

Depuis, je cherche à trouver des réponses à ces inconforts. J’en ai trouvé certaines, notamment grâce à des plantes, herbes et graines qui me permettent de réduire l’intensité des crises. Et je souhaite également creuser du côté de la médecine indienne, l’ayurveda, pour mieux connaître les aliments à privilégier/éviter.

Aussi, je tiens à partager avec vous certains de ces tuyaux. Dans cet article et dans un suivant qui parlera de l’ensemble des plantes, herbes et huiles essentielles que j’utilise pour faciliter la digestion.

Le pouvoir des graines, noix et légumineuses

pots en verre, vrac, réutilisation

En plus des herbes, plantes et graines que j’utilisent régulièrement, j’ai commencé à m’intéresser au pouvoir extraordinaire des graines, noix et légumineuses. Ce changement s’est opéré il y a 4 ans environ afin de diversifier et équilibrer mon alimentation.

Ce que je peux partager avec vous, c’est que j’adore agrémenter mes plats de lentilles, pois chiches, quinoa, petit épeautre. Et que je saupoudre volontiers mes salades, soupes et desserts de graines de lin, courge, chia, chanvre et autres noix, noix de cajou et amandes.

En plus d’être très facile à préparer, riches en vitamines, protéines et minéraux, je peux les acheter en vrac pour la grande majorité d’entre elles #zerowaste.

Note pour plus tard : je vous partagerai également les essentiels de ma cuisine !

Les quelques principes que j’incorpore au quotidien

Je tente donc au quotidien de nourrir une hygiène de vie qui me permet de trouver un équilibre. Tout ne se fait pas du jour au lendemain. Maxwell Maltz s’est fait connaître avec sa théorie des 21 jours nécessaires pour ancrer durablement une habitude dans votre quotidien.

Pour ma part, je ne suis pas certaine d’adhérer à cette temporalité qui diffère selon la personnalité de chacun, l’habitude à ancrer,… En revanche, je suis une « big believer » de la méthode Kaizen. Elle consiste à adopter progressivement de nou­veaux réflexes. Commencer par un objectif qui semble facilement atteignable et, une fois l’automatisme acquis, on passe à un autre item.

Si je devais résumer la checklist que je tente d’intégrer depuis cet été en 7 points, progressifs, pour installer durablement un mode de vie sain, voici ceux que je partagerai avec vous :

1.Une règle ultra simple mais que nous oublions parfois. Celle de s’hydrater suffisamment, tous les jours, avec de l’eau / thé / tisane et kombucha préféré. C’est la base et je peux vous assurer qu’elle est malgré tout parfois (voire souvent) négligée. Il m’arrive assez régulièrement d’avoir mal à la tête, tout ça pour me rendre compte que je n’ai juste pas assez bu. Deux grands verres d’eau, pris lentement, et c’est reparti !

_LAPACHAMAMA_032.jpg

2.Seconde règle ultra simple et ultra efficace : la mastication. C’est un point d’attention car je suis du genre à avaler directement ce que je mange pendant que je lis un article ou regarde une vidéo sur YouTube ! On me l’a déjà répété 1 001 fois. Plus on prend le temps de mastiquer, plus on donne l’opportunité d’envoyer le message au cerveau que l’on mange et plus vite on sera rassasié. Oui d’accord. Et surtout, nos dents sont faites pour mâcher la nourriture car notre système digestif n’est pas équipé pour digérer de trop gros morceaux de nourriture. Voyons-le de cette manière. Plus on mâche, moins notre système digestif sera mobilisé et moins d’énergie nous perdrons à digérer la nourriture.

On m’a conseillé cet été de mâcher pour chaque bouchée environ 55 fois par la viande/le poisson et 35 fois pour les autres aliments. Oui vous prendrez plus de temps pour manger et c’est tant mieux ! Votre petit bidon vous dira merci plus tard !

3.J’y vais molo sur la caféine. Le café en premier car c’est un excitant et qu’il déshydrate le corps (très dur pour moi car j’adore le café ! Je n’en bois désormais qu’à de rares occasions). Et le thé également (j’essaye, j’essaye de me restreindre à 2 à 3 tasses de thé grand max par jour. Pas facile là aussi, je suis une « tea addict »). Je préfère donc les tisanes, de l’eau chaude infusée avec des bouts de gingembre frais, du concombre, du citron, de la menthe.

Tea, a hug in a cup

Et 4 derniers principes pour la route

4. Une notion que j’applique seulement depuis quelques semaines et qui me fait, je dois le dire, un bien fou. Eviter au maximum de manger des fruits crus pendant et après les repas. Je m’explique : mon système digestif est assez fragile et facilement victime de ballonnements, gargouillements… Bref, je passe les détails ! Les fruits sont digérés beaucoup plus rapidement que le reste des aliments que vous ingérez. Cela prend environ 20 à 30 minutes pour les fruits, plusieurs heures pour le reste. En effet, les fruits sont composés en très grande quantité d’eau.

Donc imaginez un train : vous avez la locomotive, les wagons. Si le dernier wagon va plus vite que le reste de la machine, c’est le bordel (voire l’accident). Et bien pour les fruits c’est pareil. Je préfère donc désormais les prendre le matin, a jeun avant mon petit déjeuner. Ou en dehors des repas, pour ne pas perturber ma digestion.

5. Dans la continuité du point précédent, j’essaye autant que faire se peut de dissocier les aliments que je mange (la méthode du « food combining »). C’est-à-dire qu’avec la même logique du petit train expliquée précédemment, j’associe les aliments qui se digèrent le mieux ensemble. Les protéines avec les légumes, les féculents avec les légumes et en évitant les protéines avec les féculents

6. J’évite les produits laitiers qui ne font pas vraiment du bien à mon bidon. Je ne prends désormais que du lait végétal avec mon muesli, consomme de temps à autre des yaourts de lait de vache ou de brebis… Et garde quand même une partie réservée au fromage, que je consomme malgré tout de temps en temps ! #LeFromageCestLaVie

7. Enfin, j’insère régulièrement dans mon alimentation des produits lactofermentés, remplis de probiotiques (les bonnes bactéries présentes dans l’intestin). Yaourt végétal à la noix de cajou, kombucha et kéfir de fruits, le chou de la choucroute (c’est quand même plus rare !). Il m’arrive très régulièrement d’acheter des compléments alimentaires de probiotiques (en gélule ou en sachet dans n’importe quel magasin bio). En particulier durant des périodes de l’année où je me sens plus faible ou il m’arrive de prendre un antibiotique (qui détraque bien comme il faut votre flore intestinale by the way).

To eat or not to eat

c73a2571bcca41c84787cc03775abf5e1.jpg

Manger devient l’équivalent de se soigner… tout en se faisant plaisir !

Mon statement c’est que l’on peut tout à fait manger sain sans manger triste. Se faire plaisir tout en prenant soin de ces petites cellules. Ne pas se limiter dans nos choix et continuer à partager de délicieux moments, chez soi ou dans les restos, avec les gens qu’on aime. J’ai une vision globale de la nourriture qui peut se résumer à « tout avec modération, y compris la modération » (Julia Child).

Encore une fois, les items que je vous ai partagés ne sont pas à prendre à la lettre. De un, je n’y arriverai pas car elle est pour moi trop restrictive et m’empêcherait de vivre au quotidien. Je reste malgré tout une très grande gourmande et trop de restrictions ne me motiveraient qu’à ne pas les suivre. Je suis comme ça 🙂 Et j’aime me dire également que c’est en étant 80% du temps attentif à ce que l’on met dans son corps, aux bienfaits des nutriments, vitamines, minéraux naturellement présents dans les aliments frais et sains.

Je remarque toutefois un réel confort et une certaine légèreté à chaque fois que je suis ces quelques préceptes. Pour moi, la nourriture est un véritable allié santé. Certains aliments et « superfoods » comme on en entend parler peuvent être tout aussi voire plus efficaces que des médicaments. Ils sont plus sains et peuvent vous éviter de nombreux allers-retours chez le médecin !

L’alimentation comme une philosophie

Je ne suis en rien médecin, diététicienne ou naturopathe. En revanche, il me tient à coeur de partager avec vous la philosophie d’alimentation qui me convient. Comment mieux manger me rend heureuse.

Parce que certes, j’adore mes greens smoothies, mes tisanes et mes salades de graines. Et j’adore aussi une bonne tranche de pain avec du munster et de la bière (n’est pas alsacienne qui veut !) ou un super verre de vin (n’est pas française qui veut) !

La Pachamama〈♥〉

visuel coloré ananas